De Saint-Palais à Bonne Anse – 18 mars 2018

 
10h. Départ. Comme prévu, le camion a fait le plein avec ses 9 intrépides.
10h15
.. Triste spectacle sur la route, juste après St Agnan. Nous nous frayons un passage à travers les débris de ferraille projetés sur la route. Pompiers, police ne sont pas arrivés. Nous ne nous attardons pas.
11h15…
Après avoir tâtonné pour trouver notre lieu de départ, nous voilà sur l’eau sans problème. Mer un peu agitée, vent debout mais nous filons. L’amiral pense que Bonne Anse est un peu loin étant donné l’état de la mer. Stop donc, un peu avant La Palmyre. Deux bains à l’arrivée mais ils s’en sortent bien.
Pique-nique en haut de la dune, à l’abri car le vent souffle. Toujours agréable. Profusion de gâteaux de Ghislaine, Valérie, Jean-Marc, Pierre + les gâteries (ndlr: ???!)  de Jean et Patrick.
13h30
… Il faut penser au retour. Oh là là… le vent a forci, ce n’était pas prévu. Comment affronter ces méchantes déferlantes qui viennent s’écraser sur la plage? Ghislaine, Corinne et Cécile foncent et traversent le méchant rempart, les voilà maintenant au large.
Et les autres?
Trois n’y arrivent pas. Un bain a chaque essai. Jean-Marc vous racontera! Jean n’essaie pas, il reste réconforter les malheureux vaincus.
Patrick aura réussi à rejoindre les trois navigatrices. L’amiral essaie et nous fait un aller-retour spectaculaire. En moulinant à toute allure, il franchit les mauvaises vagues. N’aurait-il pas installé un petit moteur électrique pour faire virevolter ses pales à cette vitesse. Il a équipé son navire de plusieurs ajouts non conventionnels mais il ne nous a certainement pas tout dit. Parfois, il faut se méfier des meilleurs copains.
Finalement les cinq paumés restés sur la plage vont rejoindre la route littorale.
1,5 km par un sentier forestier pas toujours sympas pour les porteurs de kayaks. L’amiral qui n’apprécie pas les portages a son compte!
Les quatre autres débarqueront à St Palais ( 2 bains ), récupèreront le camion et nous rejoindront.
Ouf!
2 lunettes de vue perdues malgré les attaches,
un bonnet de laine avalé par Neptune, bonnet immatriculé « Belem ». Il s’était sorti sans encombre des périples Port-Vendre-Lisbonne-La Rochelle et Dakar-Bélem (port du
Brésil) sur le célèbre voilier.
1 pagaie de secours ( à nous ) miraculeusement récupérée par une promeneuse sur la plage (quelle plage? ) et remise au propriétaire à St Palais!
Dommage qu’il ne faisait pas plus chaud car l’endroit était idéal pour un entrainement de ceux qui n’ont pas peur des bains. Ici rien à voir avec Gatseau où l’on apprend les appuis.
Là il fallait pagayer à toute vitesse et ne pas réfléchir, ce que je n’ai pas fait.
Bravo aux trois filles et surtout à la jeunette Cécile qui n’a que quelques mois de navigation.
Yves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *